Or et argent

Nouvelle secousse dans le cours de l’or

Il existe une triple divergence baissière sur le RSI et le MACD, qui nous recommanderait plutôt la prudence actuellement, mais cette triple divergence
s’était déjà produite en automne 2005, juste avant la brève incursion au-dessous de la moyenne mobile de long terme à 325j, et la hausse majeure jusqu’à $15. Ce test contre le bas s’était révélé être un formidable piège à ours ! Aurons-nous droit à une nouvelle secousse ou un nouveau piège à ours avant la prochaine avancée majeure ? Nous pouvons également voir sur ce graphique un triangle ascendant, figure de continuation haussière. J’ai remonté ma fenêtre d’achat à $12,8 en suivant la moyenne mobile exponentielle à 200 jours. Le risque de baisse max se situe selon moi à -9,6% (baisse jusque sur la moyenne mobile de long terme à $12,2). Risque identique à celui de l’or.
Sur le marché des contrats à terme pour l’argent, les 8 plus grandes positions « short », c’est-à-dire ventes à découvert sur l’argent, représentent des promesses de ventes d’argent supérieures à la quantité d’argent disponible sur le marché (estimée à seulement 300 millions d’onces (9’300 tonnes) par les pessimistes et peut-être 500 millions d’onces pour les autres). C’est une aberration totale ! S’il y a une chose qui distingue l’argent de toutes les autres classes d’actifs, c’est cette énorme position short du marché COMEX des contrats à terme, prise par quelques individus, agissant dans un but de manipulation de plus en plus évident du marché de l’argent. Mais ces positions devront tôt ou tard être couvertes, sans quoi les vendeurs à découvert pourraient être confrontés à devoir racheter en catastrophe leurs contrats pour esquiver l’obligation de livrer une marchandise devenue introuvable sur le marché. Ce jour-là, le prix de l’argent pourrait prendre l’allure d’une fusée interstellaire…
Il est choquant de comparer la quantité totale d’argent qui reste disponible (entre 10’000t et 16’000t) avec la quantité totale d’or accumulé depuis les débuts de l’humanité (env.150’000t). Où est donc passé tout l’argent qui a été extrait des anciennes mines du Mexique par les espagnols ? Consommé ! Les 95% de toute la production mondiale historique de l’argent ont été consommés par l’industrie : photographie, technologie, médical, défense militaire, électronique, composants high tech,… alors que presque toute la production d’or a été accumulée.... Read More | Share it now!

Achats d’or

Des gros acheteurs sur l’or

L’or ne peut que profiter d’une reprise du marché baissier sur les actions, car cela signifie des capitaux en fuite vers la sécurité. La taille du marché de l’or est, je le rappelle, minuscule en comparaison avec la taille des marchés mondiaux des actions et des obligations. Seule une infime partie des capitaux qui fuient les marchés traditionnels pourrait trouver refuge dans le marché de l’or, faute de quoi, le prix de l’or serait mis sur orbite. Le dollar ne peut plus jouer le rôle de valeur refuge en cas de plongeon durable sur les bourses. Les fondamentaux qui soutiennent le dollar sont horribles, et si le réflexe « dollar » était encore valable dans les années 80 et 90, aujourd’hui celui qui recherche la sécurité dans le dollar pourrait bien le regretter amèrement.  Il ne faut jamais oublier non plus que des très gros acheteurs (y compris certaines banques centrales asiatiques) attendent toujours dans l’ombre le moment opportun pour acheter massivement de l’or, en se débarrassant d’une partie de leur montagne de dollars dont ils ne savent quoi faire. La petite taille du marché de l’or force les gros acheteurs à beaucoup de patience, et à établir un programme d’accumulation en achetant chaque correction durant laquelle les mains faibles leur cèdent aimablement leurs positions. Une accélération trop forte de la hausse sur l’or, ainsi qu’un plongeon trop rapide du dollar seraient à leur désavantage.
Quant aux actions des compagnies minières sur l’or, le graphique suivant nous montre leur comportement durant le dernier marché baissier sur les actions traditionnelles (comparaison avec l’indice des actions américaines S&P500).... Read More | Share it now!

Quelle évolution ?

Risque de baisse sur l’or

Le risque de baisse maximal pour l’or physique se trouve aujourd’hui à 602$/oz (MM325j), ce qui nous donne un risque maximal correspondant de 289 sur le HUI (en prenant une valeur de 0,48 pour le ratio HUI÷OR). Mes fenêtres d’achat se situent au-dessus de ces valeurs limites, car si nous sommes réellement entrés en phase 2, nous courrons un certain risque de rater la cible d’achat en nous montrant trop prudents. J’ai de ce fait collé davantage au prix en me basant sur une moyenne mobile exponentielle à 50 semaines pour l’or.
Quant à l’argent, sa MM325j se situe aujourd’hui à 11,54$/oz donc bien au dessous de ma cible d’achat, qui elle, se base sur la MMexp50sem.
Il ne faut jamais perdre de vue les excellents fondamentaux qui soutiennent le marché de l’or. Certains imaginent que l’or puisse être entraîné dans une continuation du mouvement de baisse sur les marchés actions, car depuis 2003 l’or a grimpé en parallèle avec les marchés actions. C’est un raisonnement un peu simpliste. Le marché de l’or a réagi à la baisse ces derniers jours, car une correction du dernier mouvement de hausse débuté en janvier était inévitable.... Read More | Share it now!

Pétrole et Or

Le prix du pétrole

Le prix du pétrole et des matériaux de construction ont grimpé plus vite que le prix de l’or durant la période 2003-2005, mais un retournement visible par topoption régulé s’est produit dernièrement. Le pétrole et les autres matières premières pourraient bien voir leur prix souffrir d’une prochaine récession mondiale. L’or pourrait accélérer sa hausse en cas de crise de confiance sur les actifs financiers et en cas de crise monétaire. A présent, les compagnies minières sont bien positionnées sur bullionvault pour profiter d’une hausse additionnelle du prix de l’or. L’effet de levier pourrait à nouveau fonctionner, comme durant la période 2001-2003. Je m’attends à voir le ratio {HUI÷OR} casser sa résistance aux environs de 0,63.
Beaucoup d’analystes sont repassés baissiers sur les actions aurifères dernièrement. J’entends périodiquement les mêmes refrains depuis 2003 : que se passerait-il en cas de krach boursier ? Les actions des compagnies minières ne chuteraient-elles pas en sympathie avec le marché boursier ? Il y en a même qui annoncent 50% de pertes sur les actions aurifères en cas de krach boursier, mais qui pensent qu’ensuite elles se reprendraient rapidement. Mon avis ? Ces analystes sont gagnés par la PEUR, et c’est une excellente chose pour la santé de notre marché haussier. Je ne crois pas du tout que ce marché puisse être emporté dans un krach général : ce marché est déjà investi par l’argent intelligent et par ceux qui recherchent justement une protection contre le krach, il est minuscule (la capitalisation de Microsoft seule est plus grande que la capitalisation totale de toute l’industrie minière aurifère), et il sera au contraire un point de fuite en cas de krach. Imaginez un peu ce qui pourrait arriver au prix des actions du HUI si des capitaux cent fois plus grands affluaient pour jouer la hausse du prix de l’or ?... Read More | Share it now!

Indice HUI & compagnies minières

La période de léthargie du HUI depuis 2003.
Le graphique du rapport {HUI÷OR} ci-dessous nous montre que le HUI est toujours dans une période de léthargie, où il se contente de répliquer la performance du métal. Alors que, comme indiqué sur 24 option, l’on devrait obtenir un effet de levier sur le prix de l’or, nous obtenons au contraire une moins bonne performance du HUI vis-à-vis de l’or depuis décembre 2003 (source optionweb amf).
L’explication de cette paresse est à rechercher dans tous les facteurs qui ont influencé négativement les profits des compagnies minières :

  • Augmentation du prix du pétrole et de l’énergie nécessaires au fonctionnement d’une mine.
  • Augmentation du coût des matériaux de construction. ¾ Augmentation des taxes dans certains pays.
  • Augmentation du prix de l’équipement et du coût de la main d’œuvre.
  • Les compagnies profitent de la hausse du prix de l’or pour exploiter des zones de minerai à faible teneur en or, gardant précieusement en réserve le minerai de plus haute teneur, afin de prolonger la longévité de la mine.
  • Réduction des couvertures : 12 millions d’onces d’or rachetées en 2006.
  • Augmentation des budgets pour la prospection minière.

 ... Read More | Share it now!