Achats d’or

Des gros acheteurs sur l’or

L’or ne peut que profiter d’une reprise du marché baissier sur les actions, car cela signifie des capitaux en fuite vers la sécurité. La taille du marché de l’or est, je le rappelle, minuscule en comparaison avec la taille des marchés mondiaux des actions et des obligations. Seule une infime partie des capitaux qui fuient les marchés traditionnels pourrait trouver refuge dans le marché de l’or, faute de quoi, le prix de l’or serait mis sur orbite. Le dollar ne peut plus jouer le rôle de valeur refuge en cas de plongeon durable sur les bourses. Les fondamentaux qui soutiennent le dollar sont horribles, et si le réflexe « dollar » était encore valable dans les années 80 et 90, aujourd’hui celui qui recherche la sécurité dans le dollar pourrait bien le regretter amèrement.  Il ne faut jamais oublier non plus que des très gros acheteurs (y compris certaines banques centrales asiatiques) attendent toujours dans l’ombre le moment opportun pour acheter massivement de l’or, en se débarrassant d’une partie de leur montagne de dollars dont ils ne savent quoi faire. La petite taille du marché de l’or force les gros acheteurs à beaucoup de patience, et à établir un programme d’accumulation en achetant chaque correction durant laquelle les mains faibles leur cèdent aimablement leurs positions. Une accélération trop forte de la hausse sur l’or, ainsi qu’un plongeon trop rapide du dollar seraient à leur désavantage.
Quant aux actions des compagnies minières sur l’or, le graphique suivant nous montre leur comportement durant le dernier marché baissier sur les actions traditionnelles (comparaison avec l’indice des actions américaines S&P500).

La baisse du HUI

La baisse du HUI en 2000 correspond à une baisse du prix de l’or, car le marché haussier sur l’or n’avait pas encore commencé ! Le creux du très long marché baissier sur l’or débuté en 1980 n’a été atteint qu’en 2001. Nous voyons qu’à partir de 2001, les pires baisses sur le marché des actions américaines n’ont eu aucun effet sur les actions aurifères représentatives du HUI.
Nous avons eu 2 krachs en 2001. Le premier a produit une baisse de -20% sur le S&P500 … et +113% sur le HUI. Le second, une baisse de -21% sur le S&P500… et + 14% sur le HUI.
Et un grand krach en 2002 qui a conduit à une baisse de -32% sur le S&P500…et à une hausse de +24% sur le HUI.
La corrélation négative entre ces deux marchés me semble clairement établie. Merci à Adam Hamilton pour son étude.

Suivi du marché de l’or

Il n’y a pas eu beaucoup de nouveaux développements sur le marché de l’or depuis le dernier suivi, mis à part les ventes d’or agressives des banques centrales européennes, alors que le prix se dirigeait vers les $700/oz, comme nous le faisait remarquer Marc Maximilien Authier sur le forum de bulle-immobilière.fr Ces ventes dépriment le prix à court terme, mais à long terme elles agissent comme un ressort que l’on comprime petit à petit. Lorsque les forces (les banques centrales européennes) qui s’exercent sur le ressort (le prix de l’or) seront épuisées, il se détendra d’un seul coup et gagnera une amplitude qu’il n’aurait pas atteinte sans les forces de compression artificielles. On peut remercier le travail des banques centrales, qui nous permet d’acheter de l’or à un prix artificiellement bas !
En regard aux stocks d’argent métal qui existent actuellement au niveau mondial, et qui sont proches d’un plus bas niveau historique, on peut s’étonner de voir le prix de l’argent métal afficher une performance parmi les moins bonnes au sein de tous les autres métaux industriels. Et pourtant ses fondamentaux sont parmi les meilleurs du secteur. Comme pour l’or, il existe sur le marché de l’argent métal des forces de compression artificielles, mais qui s’épuisent peu à peu. Comme pour l’or, ces manipulations nous donnent une chance de nous positionner avant l’explosion verticale du prix.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *